Appel à communications

« Francophonies, bibliothèques et développement durable »

Deuxième congrès mondial de l’Association internationale francophonedes bibliothécaires et documentalistes (AIFBD)et colloque satellite IFLA en coopération avec sa Section Préservation et Conservation

Martinique, Université des Antilles et de la Guyane, 9 – 12 août 2011

Profitant de la tenue à Porto-Rico du congrès mondial des bibliothèques et de l’information (www.ifla.org), l’Association internationale francophone des bibliothécaires et documentalistes (https://www.aifbd.org) organise son deuxième congrès en Martinique.

Il s’agit évidemment, avant cette importante réunion annuelle internationale des bibliothécaires, de permettre aux francophones et francophiles du monde entier de se réunir quelques jours pour faire le point entre eux sur la réalité des bibliothèques et centres de documentation dans les différents pays de la Francophonie.

Thème et problématique

Le choix du thème retenu pour ce prochain congrès est bien sûr lié à l’actualité mondiale, mais surtout à la nécessité de débattre des enjeux sous-tendant les problématiques environnementales la société et l’évolution de nos métiers. En effet, les spécialistes de toutes les disciplines mènent une réflexion et proposent des stratégies visant à protéger notre planète, protéger notre environnement et modifier les activités humaines pour contribuer à cette démarche globale. Or qu’en est-il aujourd’hui au sein des bibliothèques et centres de documentation francophones ? Et quelles pistes se dessinent pour l’avenir ?

 Dans le cadre de la gestion de l’information et de ses différents supports, l’AIFBD pense qu’il s’agit :

  • de prendre en compte l’impact écologique de l’activité des bibliothèques (des bibliothèques construites selon les normes et adaptées aux besoins climatiques) notamment en ce qui concerne la consommation d’énergie (réduction de l’émission de gaz à effet de serres); l’importance accordée à l’isolation thermique du bâtiment, l’éclairage, le choix du revêtement des murs, du sol, les systèmes de ventilation, etc.
  • d’encourager et d’accompagner un changement de mentalité de la part des professionnels en intégrant dans les missions et les modes de travail une logique différente. Opter pour une démarche participative associant l’ensemble des personnels à la réflexion sur le développement de leur milieu de travail, mais aussi favoriser un travail en réseau et en partenariat avec d’autres structures documentaires ou d’information surtout à l’ère des TIC et d’Internet.
  • de mettre la bibliothèque au service du développement durable et cela exige un nouvel état d’esprit, car la bibliothèque est non seulement ce lieu de médiation et de sensibilisation à l’information mais aussi au développement durable.
  • de faire du changement climatique un débat social au sein des bibliothèques.
  • de faire du monde francophone un moteur de développement durable appliqué aux bibliothèques.

Les sous thèmes qui se greffent au thème principal sont (sans être exhaustifs):

  1. la durabilité
    • des équipements
    • des contenus
    • des moyens
    • des services
  2. l’éco-responsabilité
    • des employés
    • des usagers
    • des services
    • des structures administratives

Dans ce contexte, un comité scientifique international a été mis sur pied et aimerait recevoir des propositions touchant directement ou indirectement les thèmes ci-dessus. On peut penser à des communications sur des recherches ayant permis ou permettant d’améliorer la situation des bibliothèques/centres de documentation quant au développement durable et ne se limitant pas uniquement à la problématique des bâtiments. On peut également penser à des exposés sur des programmes de construction, de réhabilitation ou d’aménagement de bibliothèques répondant davantage aux problèmes d‘environnement, au développement d’outils informatiques ou autres qui permettent de réduire les impacts négatifs des services de bibliothèques, à des conférences plus théoriques sur la bibliothéconomie et le développement durable, à des méthodes de travail plus écologiques, à la réalisation de bibliothèques numériques ou de bases de données spécialisées qui contribuent à promouvoir le développement durable au sein de la société, etc. Les propositions de communications appuyées sur des expériences concrètes menées aux différents échelons territoriaux et reflétant l’état de l’art en matière d’application de normes et recommandations nationales et internationales seront particulièrement bienvenues.

Ce deuxième congrès de l’AIFBD vise essentiellement à permettre le partage des savoirs en bibliothéconomie / documentation, à stimuler la recherche et la réflexion sur les bibliothèques / centres de documentation francophones, et bien entendu à favoriser le réseautage entre bibliothécaires et documentalistes francophones de tous les pays.

COMMENT SOUMETTRE UNE PROPOSIION DE COMMUNICATION

Les personnes intéressées sont invitées à soumettre une proposition avant le 1 décembre 2010pour une communication d’environ 25 minutes. La proposition devra contenir au plus 1000 mots (2 pages), être soumise en format électronique (Word ou PDF), et être accompagnée d’un brefcurriculum vitae du ou des auteurs (2 pages maximum).

Veuillez noter que l’acceptation d’une proposition n’engage en rien le comité scientifique quant au financement de la participation au congrès : les auteurs dont la communication sera acceptée devront financer leur participation et frais de déplacement, mais seront exonérés des frais d’inscription au congrès.

Langue officielle

Le congrès se déroulera en français et les propositions doivent être soumises dans cette langue

Les propositions doivent être envoyées à :

Réjean Savard, Président de l’AIFBD et du comité scientifique
Rejean.Savard@umontreal.ca

Évaluation des propositions

L’évaluation des propositions reçues sera basée sur leur qualité scientifique (pertinence par rapport au thème, appel à une base théorique ou niveau de documentation, clarté et logique de la méthodologie, originalité) ainsi que sur les compétences des candidat(e)s évaluées à partir de leurs réalisations (qualité/quantité des publications/communications, importance, relation avec le thème de la pré-conférence, expérience professionnelle, etc.).

L’échéancier suivant est proposé

Date limite pour soumettre une proposition de conférence : 1er décembre 2010
Annonce des résultats et du programme : Février 2011
Date limite pour soumission des textes : 1er juin 2011
Congrès : 10-12 août 2011
Fin 2011- début 2012 : Publication des Actes

ORGANISATION

Comité local d’organisation :

Marie-Françoise Bernabé, Ex-directrice des Bibliothèques de l’Université des Antilles et de la Guyane
Sylvain Houdebert, Directeur, Bibliothèques de l’Université des Antilles et de la Guyane
Alice Gradel, Conservateur adjoint au directeur, Bibliothèques de l’Université des Antilles et de la Guyane
Annie Désiré, Conservateur, Bibliothèques de l’Université des Antilles et de la Guyane
Comité scientifique :
Marie-Françoise Bernabé, Ex-directrice des Bibliothèques de l’Université des Antilles et de la Guyane
Vincent Bonnet, Bibliothèque de l’Alcazar, Marseille (France)
Lamine Camara, Cellule Information, Direction des Marchés publics, Bamako (Mali)
Cécile Coulibaly, Bibliothèque UFR Sciences médicales, Université de Cocody (Côte d’Ivoire)
Dominique Coulombe, John Hay Library, Brown University (USA)
Elena Dimitriu, Bibliothèque Départementale “George Bariţiu”, Braşov(Roumanie)
Bernard Dione, EBAD, Dakar (Sénégal)
Madeleine Duparc, bibliothécaire-documentaliste, secrétaire de l’AIFBD, Genève (Suisse)
Benoit Ferland, Chef de Division, Bibliothèque publique de Montréal-Nord (Canada)
Jacques Hellemans, Université Libre de Bruxelles (Belgique)
Samia Kamarti, Directrice Générale du Livre, Ministère de la Culture, Tunisie
Danielle Mincio, Université de Lausanne (Suisse)
Tristan Müller, Bibliothèque et Archives nationales du Québec
Maryse Rizza, Gestionnaire des documents numériques, Espace Naturel Lille Métropole (France)
Pascal Sanz, Bibliothèque Nationale de France, Vice-président de l’AIFBD
Victoria Volkanova, Bibliothèque Champlain, Université de Moncton (Canada)
Réjean Savard, EBSI, Université de Montréal, et Président de l’AIFBD agira comme président du comité scientifique

Pour information :

Réjean Savard
Rejean.savard@umontreal.ca

Partager cet article